Digérons le web 2.0

Web2.0 vs. web sémantique.

Par • Sep 19th, 2007 • Catégorie: Digérons le Web2.0!, Innovation web

Le web sémantique a un coté intriguant. J’en avais défini une esquisse lors d’un précédent article: Le web sémantique: déjà le web3.0?, l’associant invévitablement à ce que pourrait être le web3.0. Le très éclairé Tim O’Reilly revient sur quelques définitions et dresse un comparatif du web2.0 et du web sémantique. En prélude, il est important de garder à l’esprit que ce qui sous-tend les évolutions de technologie et d’utilisation du web est la recherche de signification et de pertinence de l’information. Le but du jeu est de diffuser et d’accéder à l’information la plus pertinente, et ce le plus simplement possible.

Pour le web sémantique, la méthode consiste à rendre internet intelligible par les moteurs de recherche. Concrêtement cela revient à installer des balises de code qui en plus de caractériser les éléments (balise a= liens, balise p= paragraphe…) renseignerait les moteurs sur leur relation sémantique et sur le sens créé par leur combinaison. La technologie déployée serait alors capable de comprendre le sens de ce qui est écrit, alors qu’aujourd’hui elle ne fait qu’en répertorier les mots. Ainsi du point de vue sémantique du web, la toile est dénuée de signification, et il reste à créer les moyens de la comprendre.

Le web2.0 a une approche opposée: le sens de l’information est déjà présent, de manière intrinsèque, mais il reste à exploiter. L’information n’a de valeur que dans l’usage qui en est fait, et c’est à travers l’utilisation par des millions d’internautes qu’elle va acquérir son sens. Le web2.0 est une approche pragmatique de la caractérisation du web: la singification est là, brut de décoffrage, et c’est l’usage des utilisateurs qui va la sculpter et lui conférer sa valeur.

Pour illustrer ce concept, Tim revient sur la naissance du page rank. Les webmasters ont une tendance naturelle à poser des liens sur leur site. Ces liens pointent vers d’autres sites qui sont généralement en rapport avec le contenu du premier. La grande intelligence de Larry Page a été de considérer ces liens comme des votes de pertinence pour perfectionner l’algorythme Google. Si un site est linké par un grand nombre de sites qui abordent des thèmes connexes, cela signifie qu’il est reconnu par ses pairs, et qu’il y a de grandes chances pour que l’information traitée soit très pertinente. L’algorythme, à travers le page rank prend cette reconnaissance en compte et booste son référencement naturel. Larry Page n’a pas inventé le linking entre les sites. Il a simplement accepté de le comprendre différemment, de lui donner un nouveau sens.

Le phénomène est le même pour le web2.0: le sens de l’information est présent: il suffit de le faire émerger par l’utilisation que l’on fait, collectivement, de cette information.

Source: O’Reilly radar.

[tags] web2.0, web sémantique, seo, lien, innovation, technologie[/tags]

Tagged as: , , ,

is
Tous les posts de

2 Responses »

  1. […] aborde une fois de plus la question sémantique et l’intelligence du web. Est-ce que Google commence à développer un machine capable de comprendre le sens de ce qui est […]

  2. […] J’ai abordé ce sujet sur Acidweb à travers un article sur l’évolution du web , et les différentes approches entre le web2.0 et le web sémantique. […]

Laissez un commentaire

Les derniers articles

FarmBot | Open-Source CNC Farming
22 août 2016
Par gnoe
Personal BlackBox Company, PBC
25 juillet 2016
Par gnoe
DATA as a currency
10 mai 2016
Par gnoe
KPI dashboard for business
20 avril 2016
Par gnoe